14 juillet à l’Ambassade de France

La fête nationale a été célébrée dans le jardin de l’Ambassade de France en présence du Chef du Gouvernement, du Syndic général, des représentants des Co-Princes, du Président du Conseil supérieur de la Justice, des Ministres des affaires étrangères, de l’éducation, de la santé et de la culture ainsi que du représentant des conseillers consulaires français. Dans son intervention l’Ambassadrice de France a salué la chaleur de l’accueil qu’elle a reçu depuis son arrivée il y a un mois et demi, l’esprit d’ouverture et le volontarisme de l’ensemble de ses interlocutrices et interlocuteurs.
Plus de 200 personnes ont pris part à cette réunion d’autant plus conviviale qu’elle a bénéficié d’une météo très clémente et de la générosité de nombreux mécènes amis de la France.

juillet 2014

Intervention de Mme Ginette de Matha,

Ambassadrice de France

En Principauté d’Andorre

Monsieur le Cap de Govern, Monsieur le Syndic général, Messieurs les Représentants des Co-Princes, Monsieur le Président du Conseil supérieur de la Justice, Monsieur le Ministre des affaires étrangères, Mesdames et Messieurs les Ministres, Monsieur le représentant des conseillers consulaires, chèr-e-s compatriotes, chèr-e-s ami-e-s,

Merci d’avoir répondu à l’invitation de l’Ambassade pour célébrer avec nous notre fête nationale.

Liberté, égalité, fraternité : ces trois mots au sens très fort et très profond, inscrits au fronton de tous les édifices publics français, nous rappellent tout ce qui nous unit et nous fédère dans les moments heureux comme dans les moments difficiles, comme nous en avons connu tout au long de l’année écoulée, que ce soit à titre personnel, à titre national et au plan international.

La crise, les crises ne sont, hélas, pas encore derrière nous. La paix, la démocratie et le respect des droits de l’homme sont des acquis qu’il faut préserver et cultiver sans désemparer tant ils sont indispensables mais fragiles. Il y a 100 ans s’engageait, sur notre continent, le plus meurtrier des conflits du XXème siècle. Aujourd’hui encore la paix si chèrement gagnée est constamment menacée comme en témoignent, en ce moment, les événements au Proche Orient, en Afrique ou en Ukraine. Nous ne serons jamais trop unis pour défendre et étendre ces valeurs cardinales, la paix, la liberté, l’égalité, la fraternité, que nous, Français et Andorrans, partageons de très longue date.

Ayant pris mes fonctions il y a tout juste un mois et demi je ne puis évidemment prétendre connaître en profondeur la principauté d’Andorre. Mais, avec la plus grande certitude je témoigne, d’ores et déjà, de l’énergie et du volontarisme ressenti chez chacun de mes interlocuteurs et chacune de mes interlocutrices. Volonté d’ouverture, volonté d’aller de l’avant dans la transparence et les réformes, volonté de s’ouvrir sur l’Europe –un sujet qui vous tient à cœur Monsieur le Ministre des affaires étrangères- ; une volonté conjuguée au désir, très fort, de préserver l’identité de ce pays qui dispose d’un patrimoine remarquable et, surtout, d’une très grande richesse humaine.

Le Co-prince français, il y a un mois, a dit mille fois mieux que je ne pourrais le faire ce qui fait la force d’Andorre et les liens qui l’unissent à la France.

En tant qu’ambassadrice j’ajoute mon bonheur d’être nommée dans un pays où la parité s’est instaurée naturellement –je parle du conseil général – alors qu’elle est si difficile à imposer ailleurs.

La chance de cette Ambassade est de pouvoir continuer à bâtir sur les bases solides qui se renforcent régulièrement. D’importantes conventions et accords bilatéraux ont été signés ces dernières années. Comme vous le savez le processus de ratification par la France de la convention de non double imposition a été lancé le 11 juin et se poursuit. La mise en œuvre de l’accord de coopération transfrontalière en matière policière et douanière du 17 mars 2014 est sur les rails. La nouvelle convention décennale éducative franco-andorrane a été signée le 11 juillet 2013.

L’enseignement est un des piliers du rayonnement de la France. Le soutien au système éducatif francophone en Andorre représente un investissement de 25 M€ par an. Et le retour sur investissement (pardon pour ce vilain mot lorsqu’il s’agit de l’avenir des jeunes) est là. Le lycée Comte de Foix a engrangé cette année entre 96,5 et 100 % de réussite au baccalauréat selon les séries. Plus de 83 % des lauréats ont décidé de poursuivre des études supérieures en France. Il faut les applaudir. Et saluer le dynamisme et l’implication des personnels enseignants et non enseignants et celui des familles.

La langue et la culture françaises ont ici un soutien des plus solides : l’Alliance andorrano-française, une belle équipe de bénévoles présidée par M. Xavier Espot. Avec le soutien de la Représentation du Co-prince français (merci à Pascal Escande) et en étroite collaboration avec l’Ambassade, l’Alliance est l’un des piliers de la saison culturelle. Et, bien sûr, nous avons des projets pour 2014/15.

La diplomatie économique, chacun le sait désormais, est une priorité. Andorre souhaite s’ouvrir aux investissements français. La France ne représente qu’un cinquième des importations de la principauté comme l’a souligné le Co-Prince. Il y a donc largement de quoi nous occuper pour améliorer les choses, pour conforter une reprise trop fragile, trop hésitante encore, comme l’a dit aujourd’hui le Président de la République.

Un mot en particulier si vous le permettez, Monsieur le Cap de Govern, pour nos compatriotes présents afin de leur rappeler qu’ils sont toujours les bienvenus à la maison France. Vous avez élu en 2012 un député, M. Arnaud Leroy, et au printemps de cette année trois conseillers consulaires, Mme Métayer, M. Carcy et M. Noël, qui vous représentent chacun dans leur domaine de compétence.

Chers ami-e-s à votre arrivée ici vous avez été accueillis en musique : Merci à Francesc Planella et Alexandre Arajol, deux violonistes, membres de l’ Orchestre National Classique d’Andorre, - l’ONCA – pour avoir accepté de nous offrir ce soir un répertoire de musique de chambre avec un programme varié allant du classique aux mélodies celtes en passant par le tango sans oublier les mélodies françaises.

Les hymnes nationaux que vous allez écouter maintenant sont interprétés a capella par M. Guillem Forné. Avocat de profession Guillem concilie son activité professionnelle avec la passion qu’il voue à la musique. Pendant plus de 12 ans M. Forné a chanté au sein du Choeur des Petits Cantors d’Andorra, dont il est désormais le Secrétaire Général. Merci à lui d’avoir accepté de se produire ici ce soir.

Je remercie chaleureusement nos mécènes qui contribuent avec brio et générosité à l’organisation de notre réunion conviviale :

Les Magasins Pyrénées et les Automobiles Pyrénées concessionnaire Citroën ;

les Magasins Leclerc-hiper Andorra et Punt de Trobada ;
le Groupe Pernod-Ricard et la Casa dels Licors ;

Les cycles Commençal ;

la boulangerie Fleca Font d’Ordino ;

La mairie d’Andorre-la-Vieille ;

Et ceux qui, anonymement, ont aussi apporté leur contribution.

Enfin je tiens à remercier l’ensemble des personnels de l’Ambassade pour le dynamisme, la cohésion, le sens de l’initiative et du service public dont ils font preuve. Ils sont fiers, comme je le suis moi-même, d’oeuvrer quotidiennement à l’amitié entre la France et l’Andorre.

Que cette amitié croisse et prospère,

Vive l’Andorre !

Vive l’Europe !

Vive la France !

EL PERIODIC D’ANDORRA

Dernière modification : 04/05/2016

Haut de page