Discours d’ouverture du Printemps Français d’Andorre 2008

Allocution prononcée par M. Gilles Chouraqui, Ambassadeur de France auprès de la Principauté d’Andorre lors de l’ouverture, le 5 mai 2008, de la première édition du Printemps Français d’Andorre

JPEG
Très Illustres, Très Honorables Mesdames et Messieurs,
Excellences,
Chers amis,

Il me revient aujourd’hui d’ouvrir un festival, le "Printemps français d’Andorre", qui, première dans l’histoire de la Principauté, va présenter, pendant trois semaines d’affilée, dans toutes les paroisses de l’Andorre, chaque jour, chaque soir ou presque, les manifestations les plus diverses dans les domaines de l’art et de la culture.

Peu de sphères échapperont à cette entreprise. L’opéra, le ballet, la musique symphonique seront, avec de prestigieuses formations, présents à ce rendez-vous de l’amitié franco-andorrane. Il en sera de même pour le théâtre, les arts culinaires, les arts plastiques et la littérature, que représenteront spectacles et interprètes, expositions et créateurs de la plus haute qualité.

Avec le ballet National de Marseille qui nous donnera à voir sa dernière création, celle dans la Principauté d’opéras aussi remarquables que la Voix humaine de Poulenc et le Téléphone de Menotti, un concert de l’Orchestre National du Capitole et de magistrales présentations culinaires orchestrées par les plus grand chefs, le Printemps français d’Andorre, pour ne citer que ces quelques évènements, livrera à l’Andorre des exemples du meilleur de l’intelligence, du goût et de la créativité artistique français. Il s’attachera, ce faisant, à promouvoir, dans maintes sphères de la culture, un dialogue authentique entre créateurs andorrans et français.

C’est donc peu dire que ce Printemps français s’insèrera dans une tradition d’excellence de la relation entre la France et la Principauté d’Andorre, dans la continuité de rapports fraternels entre populations de deux pays que rapprochent, plus que ne séparent, les cimes pyrénéennes. Ce festival, c’est mon souhait le plus fort, devrait contribuer de manière exemplaire au resserrement des liens entre Français et Andorrans, accroître leur conscience d’une forte identité commune se nourrissant de l’attachement aux mêmes valeurs, aux mêmes idées, aux mêmes goûts.

Je ne saurais terminer sans souligner que ce Festival n’aurait pu être mené à bien sans le généreux soutien de nos amis andorrans. Je tiens à remercier chaleureusement nos partenaires du Gouvernement d’Andorre et des Mairies de la Principauté ainsi que les nombreux mécènes du monde de l’entreprise qui nous ont apporté leur contribution. Leur liste est trop longue pour que je puisse les citer nommément.

Très illustres, Très Honorables Mesdames et Messieurs, Excellences, Chers amis,

Je déclare ouvert le Printemps français d’Andorre.

Consultez la documentation du Printemps Français d’Andorre


JPEG JPEG

Dernière modification : 08/10/2012

Haut de page