Intervention française au Mali

- Déclaration de M. le Président de la République sur la situation au Mali.
Palais de l’Elysée, 11 janvier 2013

Transcription de la déclaration de M. le Président

DECLARATION DE M. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE
Palais de l’Elysée – Vendredi 11 Janvier 2013
Mesdames, Messieurs,

Le Mali fait face à une agression d’éléments terroristes, venant du Nord, dont le monde entier sait désormais la brutalité et le fanatisme.

Il en va donc, aujourd’hui, de l’existence même de cet Etat ami, le Mali, de la sécurité de sa population, et celle également de nos ressortissants. Ils sont 6000 là-bas.

J’ai, donc, au nom de la France, répondu à la demande d’aide du président du Mali appuyée par les pays africains de l’Ouest. En conséquence, les forces armées françaises ont apporté cet après-midi leur soutien aux unités maliennes pour lutter contre ces éléments terroristes.

Cette opération durera le temps nécessaire. J’informerai régulièrement les français sur son déroulement. Les ministres concernés, celui des Affaires étrangères en liaison avec les Nations Unies, car nous intervenons dans le cadre de la légalité internationale, comme le ministre de la Défense donneront également toutes les informations utiles à la population.

Enfin, le parlement sera saisi dès lundi.

Les terroristes doivent savoir que la France sera toujours là lorsqu’il s’agit non pas de ses intérêts fondamentaux mais des droits d’une population, celle du Mali, qui veut vivre libre et dans la démocratie.

Merci.


- Intervention de Jean-Marc Ayrault, Premier ministre sur l’intervention au Mali
Hôtel de Matignon, Samedi 12 janvier 2013

La France intervient militairement aux côtés de l’armée malienne et des forces africaines pour stopper l’avancée déterminée des forces terroristes qui menaçaient l’intégrité du Mali, mais qui menacent aussi la sécurité et la stabilité de toute une région. La France veut contribuer ainsi à stopper la menace terroriste qui menace non seulement le Mali et l’Afrique mais aussi la France et l’Europe.

Dans le cadre de la constitution, l’article 35 conduit le gouvernement à informer dans les trois jours le Parlement dans ce type d’intervention. Dès hier soir, j’ai appelé personnellement les responsables de chacune des formations politiques de la majorité comme de l’opposition. Je viens d’écrire aux présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat. Et lundi prochain, je recevrai le président de l’Assemblée nationale et du Sénat ainsi que les présidents et présidentes des commissions des Affaires étrangères et de la Défense, et les présidents de tous les groupes parlementaires à l’Assemblée nationale comme au Sénat.

Avec le ministre de la Défense et le ministre des Affaires étrangères, je donnerai toutes les informations nécessaires à l’information du Parlement dans le cadre de la constitution. Je crois que les Français sont conscients de la gravité de cette décision nécessaire, pour stopper la menace terroriste.

Dernière modification : 29/09/2014

Haut de page