Le livre de ma mère, joué par Patrick Timsit

Avec Le livre de ma mère, le vacarme du monde reste à la porte. L’écrivain la referme, le silence se fait. La solitude est comme ressaisie, creusée, approfondie. Et avec elle, un manque impossible à combler.

Le deuil de la mère. Nous devrons tous en passer par là. « Ô vous, frères humains... »
« Dans l’expression travail du deuil, j’entends toujours le vieux sens du mot
travail : le tripalium était, paraît-il, un certain instrument de torture. Et dans deuil, j’entends un peu duel, car le deuil est aussi une sorte de combat, seul à seul. Le deuil vous travaille au corps. Et même au corps à corps, sauf que dans ce duel, l’un des corps vous a laissé seul. « Un seul être vous manque »... L’absent peut vous broyer le coeur, vous couper le souffle. Il vous a été arraché, mais il n’est plus. Pourtant il est une part de vous-même... Il vous hante » selon Dominique Pitoiset, qui met en scène ce texte émouvant.

La pièce aura lieu le 9 novembre, à 21h, au Centre Culturel de Sant Julià de Lòria.
Les places sont d’ores et déjà à la vente au prix de 20 € et 5 € (tarif scolaire) sur la billetterie des spectacles et à l’Office du Tourisme d’Andorre la Vieille.

Dernière modification : 27/09/2017

Haut de page